Faire ensemble: un jeu de cartes pour réinventer ses réunions

Après des années de réflexion et un an de travail de conception, j’ai le plaisir de vous présenter les métacartes « Faire Ensemble », un jeu de 60 cartes pour réinventer vos réunions.

Notre vocabulaire du « faire ensemble » est pauvre

Dans un article précédent, j’argumentai que notre « langage du faire ensemble » est très pauvre, se limitant souvent à « réunions », « tour de table », « conférence », « séminaire », « atelier » et, dans le meilleur des cas « brainstorm ».

une conférence très descendante, peu d’interactions sont possibles, la quantité d’information utile transmise est généralement dérisoire par rapport au temps investi.

Aussi, pour augmenter notre intelligence collective il me semble urgent d’enrichir ce vocabulaire.

J’envisage un monde où les groupes pourraient « parler » (et pratiquer) un vocabulaire beaucoup plus riche et adapté aux circonstances, utilisant « accélérateurs de projet », « cercle samoan », « 6 chapeaux de Bono », ou autres selon les besoins.

cercle samoan: même avec près de 80 personnes, chacun peut prendre la parole pour participer à enrichir la conversation.

Un outil pour enrichir nos pratiques collectives

Pour remédier à cela, je souhaitais concevoir un outil favorisant l’appropriation des savoirs complexes.

Après un an de prototypes, d’ateliers et un financement participatif réussi à 269%, je suis heureux de vous présenter le résultat de ce travail qui a été conçu en collaboration avec Mélanie Lacayrouze : les Métacartes un premier jeu consacré au Faire Ensemble.

60 cartes pour réinventer ses réunions

Il s’agit d’un jeu de 60 cartes comportant plusieurs méthodes créatives ou collaboratives, chaque carte correspondant à une méthode ou un outil.

Le jeu comporte à la fois des méthodes archi-connues et reconnues mais aussi des formats inédits conçus ou traduits pour l’occasion.

Ces méthodes sont décrites sous forme de « recettes » synthétiques (moins de 500 caractères) qui détaillent, l’objectif spécifique du format, son principe de fonctionnement et son déroulé.

Pour aider à choisir, chaque carte comporte aussi une durée indicative et un nombre de participants recommandé.

Un QR code et un minilien permettent ensuite d’accéder à une ressource plus complète en ligne. Cette ressource en ligne est enrichie au fur et à mesure des retours d’usagers.

Conçue pour rester synthétique, elle renvoie vers d’autres ressources de qualité existant déjà mais dispersées à travers le web.

Différentes méthodes pour différents objectifs

Le jeu s’organise autour de familles d’objectifs pour aider les animateurs, les équipes ou les groupes à choisir leurs modes de travail selon leurs besoins.

Par exemple:
– Se rencontrer, apprendre à se connaître, briser la glace,
– Présenter un thème, un sujet, un objet,
– Discuter en intelligence collective,
– S’aligner, obtenir une vision partagée,
– S’énergiser et se dynamiser,
– Réfléchir et être créatif,
– Prioriser et décider,
– Prototyper et produire,
– Évaluer et faire un bilan

Des usages simples ou avancés

Les métacartes « Faire Ensemble » permettent différents types d’usages pour les simples usagers comme pour les experts en animation.

Choisir un format au besoin

A minima le jeu de cartes peut être vu comme une collection de formats parmi lesquels on peut piocher.

Si vous souhaitez mieux vous connaître ou briser la glace avant d’attaquer des chantiers complexes, piochez une carte de la catégorie « Se connaître » et jouez simplement le format en début de rencontre.

Besoin de nouvelles idées ? Choisissez l’un des formats de type « brainstorm » de la catégorie « Réfléchir » et vous obtiendrez probablement de bien meilleurs résultats qu’avec un simple tour de table.

Mais ce n’est qu’un premier niveau d’usage.

Construire des séquences

Lors d’une rencontre, il est souvent utile d’enchaîner plusieurs type de formats, par exemple un brise-glace en début de rencontre, une évaluation en fin de rencontre. Entre les deux il est possible d’avoir différents formats de discussion ou de réflexion collective.

En clarifiant ses objectifs, il est donc possible de choisir différents formats spécifiquement adaptés pour atteindre ces objectifs. Parce qu’elle permet les combinaisons et recombinaisons, seul ou en groupe, l’usage de cartes facilite la construction de séquences complexes.

Rendre les participants acteurs des choix

Le jeu peut donc être utile à des animateurs, coach ou formateurs préparant des séquences d’animation pour des groupes en choisissant à l’avance des formats. Mais il peut aussi être utilisé pour proposer à des groupes de choisir des méthodes et ainsi de concevoir les séquences avec les groupes.

Dans des groupes ou collectifs sans animateurs professionnels, il y a souvent une personne passionnée, mais qui ne sent pas assez expérimenté ou légitime pour amener de nouveaux pratiques. Il peut être difficile pour cette personne de proposer un format nouveau « oh c’est bidulette qui va encore nous proposer quelque chose de farfelu ».

En mettant devant les yeux de tous un ensemble de possibilités, le jeu permet de faire des propositions, donne des critères de choix et aide à responsabiliser les participants aux rencontres.

Les groupes et collectifs matures peuvent ainsi améliorer leur rencontres et monter graduellement en compétences.

Rendre visible et accessibles les ingrédients clés des formats

Enfin le jeu possède un niveau d’usage avancé et plus subtil: rendre visible et compréhensibles les ingrédients qui font la force des différents formats.

Par exemple ce qui fait la force des formats de présentations éclair de type Pecha Kucha est une double contrainte (de temps et de nombre de diapositives). Enlevez ces contraintes et le format redevient une présentation à haut risque d’ennui mortel.

De même, ce qui fait la force de la méthode des 6 chapeaux de de Bono est la structure qui amène à examiner un projet sous différent angles (optimise, critique, factuel, …) pour ne pas tuer les idées dans l’œuf. Ôtez cette structure et votre atelier créatif redevient une simple réunion. Inspirée de la mé

Le jeu comprends cinq cartes « ingrédients », cartes transversales qui viennent enrichir les possibilités en aidant les acteurs à se poser des questions sur la mise en œuvre des recettes.

Les métacartes: une interface et un média

Les métacartes sont à la fois une interface et un média.

Une interface plus adaptée que le livre ou le numérique à la gestion d’informations complexes: des cartes combinables rédigées de manière très synthétiques pour avoir uniquement l’essentiel dans les mains tout en ayant facilement accès à des informations plus complètes en ligne.

Un média avec une ligne éditoriale, un travail de sélection et d’écriture très soignée: les recettes ont été choisies parmi plusieurs écoles de pensée (Art of hosting, Méthodes Agiles, Design thinking, Éducation Populaire, Théâtre d’improvisation…) et réécrites pour en faire ressortir l’essentiel en moins de 500 caractères.

Une vision et du sens

Je le disais dans un précédent article, à l’heure où de multiples crises traversent notre monde, même si individuellement nous sommes intelligents, nous restons collectivement stupides et incapables d’agir.

Nous pensons que le temps de la compétition est dépassée et qu’il existe aujourd’hui toutes les solutions pour travailler intelligemment ensemble tout en nous enrichissant tous mutuellement. Le projet Métacartes a pour but de favoriser l’accès à ce savoir et son appropriation par le plus grand nombre en développant des outils conviviaux qui augmente nos capacités d’action d’agir sans nous asservir.

Cette vision est expliquée en détail ici (avec une métaphore culinaire).

Se procurer le jeu « Faire Ensemble »

En accord avec notre vision tous les recettes sont accessible en ligne et peuvent être réutilisé librement à condition de citer la source et de republier d’éventuels dérivés dans un format libre.

Pour celles et ceux qui souhaitent se procurer le jeu vous pouvez maintenant le faire sur la boutique en ligne.

 


Cet article a nécessité 4h de rédaction.

 

A propos Lilian Ricaud

Chercheur, consultant, formateur, je propose de l'accompagnement stratégique dans les processus de co-construction, la co-création et la conception avec une approche systémique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.