Faire ensemble: un de jeu cartes de formats créatifs et collaboratifs

Après avoir recensé plus de 450 formats créatifs, et en avoir rédigé plus de 80 recettes sur la plateforme MultiBAO, je vous propose un nouvel outil: les métacartes. Les métacartes sont un jeu de cartes des meilleures méthodes créatives et collaboratives, connecté/couplé à une ressource en ligne.

Concevoir des formats créatifs pour mieux faire ensemble

A l’heure où de multiples crises traversent notre monde, individuellement nous sommes intelligent, nous restons collectivement stupides.

Je pense que l’une des raisons de cela est la pauvreté de notre « langage du faire ensemble ». Aussi pour augmenter notre intelligence collective il est urgent d’enrichir ce vocabulaire.

Ainsi, au lieu de parler et pratiquer « réunions », « tours de table », « conférences », « séminaires », les groupes pourraient parlent/pratiquer « accélérateurs de projet », « cercle samoan », « 6 chapeaux de Bono »…

Cela fait plusieurs années que je réfléchis à l’utilisation de formats créatifs/collaboratifs comme outils du faire ensemble et après avoir contribué à une ressource en ligne j’avais envisagé de produire un livre sur le sujet…

Le livre et le numérique sont tous deux limités

Tels qu’ils sont généralement utilisés, les formats livre et numérique présentent des limites importantes:

  • le cloisonnement des disciplines:  plusieurs communautés de pratiques coexistent, souvent très pointues dans un domaine, mais ignorantes de solutions apportées par d’autres. Entre les développeurs utilisant les méthodes agiles et les formateurs issus de l’éducation populaire allergiques au numérique, comment faire le lien ?
  • la difficulté à faire monter en compétences, les individus et les groupes: la documentation existante donne des recettes dont la plupart sont éprouvées, mais elle donne rarement à voir les mécanismes à l’œuvre. Ainsi pour des débutants, il faut suivre la recette sans forcement avoir conscience de ce qui fait que le format fonctionne.
  • la mise à jour des connaissances: à notre époque numérique, un livre à peine sorti est déjà obsolète et les seules mises à jour possibles sont sur d’incertaines futures rééditions. Le numérique quant à lui est actualisé en permanence, mais il possède une grande hétérogénéité.
  • la capacité à gérer la complexité: un livre, par essence, rend compte d’une pensée linéaire. Il y a une porte d’entrée et une porte de sortie avec entre les deux un chemin de pensée qui ne convient pas nécessairement à tous les publics. Or, une pensée complexe qui nécessite différents points de vues et portes d’entrée a du mal s’exprimer dans ce format. Avec un livre, il est difficile de contourner ces limitations.  Le numérique grâce aux hyperliens permet une navigation transversale, mais son caractère infini peut être oppressant et nous noyer dans la complexité.
  • la fatigue des écrans et de l’abondance d’information: passer du temps sur les écrans est nerveusement épuisant et nous déconnecte de nos corps. Or nous ne sommes pas que des cerveaux : nous pensons aussi avec nos corps.
  • la fragmentation des ressources: que ce soit au format papier ou numérique,  il existe aujourd’hui une multitude de ressources de très grande qualité, mais la plupart du temps éparpillés. Le besoin est donc moins de nouvelles ressources, que de ressources capables de relier l’existant.
  • la déconnexion papier-numérique: le monde du livre papier et le monde du numérique restent essentiellement déconnectés et dialoguent peu, or le numérique possède ce que livre ne possède pas: une information en réseau, reliée et actualisée, tandis que le livre comme support papier possède d’autres avantages.
  • la convivialité: un livre est lourd, linéaire, limité. Le numérique est vaste, complexe et nerveusement plus fatigant que le papier. Comment avoir un outil qui augmente notre pouvoir d’agir sans nous asservir ?

Les métacartes: des cartes augmentées et conviviales

Pour faciliter l’appropriation de nouveaux formats créatifs et collaboratifs par des groupes, nous avons conçu un outil convivial basé sur un jeu de cartes papiers connectées à une ressource en ligne: les métacartes.

Métacartes c’est un essentiel sur une carte papier reliée à une ressource en ligne plus complète via un QR code.

Conçues comme un outil convivial qui facilite l’appropriation de sujets complexes, elles sont sélectionnées et rédigées avec soin. Elles s’appuient sur des contenus en licence libre CC-BY-SA.

Pour produire le premier jeu « FAIRE ENSEMBLE » qui aide les animateurs ou les groupes à améliorer leur pratiques collaboratives, je me suis associé à Mélanie Lacayrouze, enseignante, formatrice, facilitatrice graphique.

Pourquoi ce format « carte » ? Car il permet de voir et de manipuler l’information de façon visuelle (comme avec des post-it) et ainsi de « penser avec ses mains ».

Les métacartes sont rédigées de manière synthétique pour faire ressortir l’essentiel du format, ce dont on a besoin de se rappeler en direct quand on choisir le format ou qu’on l’anime .

Le reste, ce dont on a besoin pour une réflexion plus approfondie peut être lu sur une page web accessible via un QR code (lisible avec un smartphone) ou un microlien.

Au recto on trouve les informations clés et un visuel mémorable pour mieux naviguer entre les cartes, et au verso la recette synthétique pour animer des ateliers.

Des métacartes sur le faire ensemble

La premier jeu de métacartes est consacré au FAIRE ENSEMBLE et comportera plusieurs familles d’objectifs pour aider les animateurs ou les groupes à choisir leurs modes de travail selon plusieurs objectifs: – BRISER LA GLACE ET AMORCER DES DISCUSSIONS – DISCUTER EN INTELLIGENCE COLLECTIVE – S’ÉNERGISER ET SE DYNAMISER – RÉFLÉCHIR ET ÊTRE CRÉATIF – PRODUIRE DU CONCRET – ÉVALUER SES PROGRÈS ET S’AMÉLIORER – PRÉSENTER DES PROJETS – PRIORISER – S’ALIGNER ET PRENDRE DES DÉCISIONS – TRAVAILLER À DISTANCE…

Un outil qui favorise l’apprentissage

Les métacartes ne sont pas juste une liste de formats existants:

Chaque carte a été rédigée avec soin pour offrir une RECETTE synthétique avec l’essentiel du format. Dans chaque recette, les INGRÉDIENTS clés -ceux sans qui le format ne serait pas ce qu’il est et ne fonctionnerait pas- sont mis en valeur et détectables au premier coup d’œil. (Ce travail est largement inspiré de la méthode des langages de pattern inventé par l’architecte Christopher Alexander dont je vous reparlerai).

Au delà de certains classiques qui ont fait leurs preuves, le jeu propose des formats inédits que nous avons conçu à l’issu de nos propres expérimentations.

Il y a donc un gros travail de curation (choisir les formats les plus pertinents), d’éditorialisation (rédiger de manière intelligible et synthétique) et de mise en lien des ressources (que ce soit entre les cartes elles mêmes ou entre les cartes et les ressources existantes par ailleurs).

Un bien commun qui favorise l’autonomie

Une des particularités des métacartes est de s’appuyer sur des contenus sous licence libre (CC-BY-SA), c’est à dire sous une forme de droit d’auteur qui autorise toute réutilisation (diffusion, modification, y compris à usage commercial) à condition de citer la source et de placer d’éventuelles modifications sous licence libre.

Ceci permet par exemple à des collectifs de créer des variantes personnalisées selon leurs besoins ou à des professionnels de les utiliser librement dans le cadre de leur activité de formateurs, d’animateurs, d’enseignants…

Nous avons besoin de vous pour aller plus loin

Les dernières années, j’ai effectué un gros travail d’identification de formats d’animation inspirants et de rédaction de recettes.

Pour ce nouveau projet, nous avons fait des prototypes, conduits des entretiens utilisateurs, testé les cartes dans le cadre d’ateliers et modifié le jeu en fonction des retours.

Nous avons travaillé à mi-temps les 6 derniers mois pour aboutir aujourd’hui à une preuve de concept, : une trentaine de cartes avec le site web associé.

Une partie de ces cartes ont été testées avec plusieurs dizaines de participants lors du forum des usages coopératifs de Brest 2018 (bientôt un retour dans un article).

Tout ce travail produit (plusieurs mois de travail bénévole) a déjà été mis en partage sous licence libre (CC-BY-SA) qui permet une réutilisation et un remix, y compris dans un cadre professionnel.

Ceci demande beaucoup de temps et d’énergie. Aujourd’hui afin de ne plus porter le coût de développement seuls, nous sollicitons votre soutien par le biais d’ un financement participatif.

Nous demandons la somme de 3000€ pour finir de produire un jeu d’une soixantaine de cartes recettes sur le faire ensemble.

Cette somme servira essentiellement à payer les frais d’impression et ne sera pas suffisante pour nous financer les heures de travail effectives, mais elle nous permettra au moins de limiter les dépenses pour pouvoir continuer à développer les cartes plus sereinement.

Dans l’idéal, nous aimerions arriver à dépasser ce montant pour pouvoir organiser plus d’ateliers de tests et obtenir des retours de la communauté avant de finaliser et d’imprimer le jeu.

Si vous souhaitez en savoir plus, visitez le site http://www.metacartes.cc/ et pour soutenir le projet et/ou précommander les cartes, rendez vous sur la page du financement participatif.


Cet article a nécessité 6h de rédaction.

 

 

À propos de Lilian Ricaud

Chercheur, consultant, formateur, je propose de l'accompagnement stratégique dans les processus de co-construction, la co-création et la conception avec une approche systémique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.